Planifrugal

Je ne suis pas sorti du bois

Forêt verte dense sous le soleil

Bonjour! J’ai 26 ans, je me surnomme l’étranger frugal et je ne suis pas sorti du bois, le long chemin de l’indépendance financière.

J’ai entamé cette aventure en 2017. Après 7 ans de Cégep et d’Université, je me suis lancé sur le marché du travail et j’ai commencé à faire de l’argent! Au début, c’était une histoire d’amour, tout cet argent me rendait « heureux ». Je pouvais m’acheter tout ce que je voulais! Avec tout cet argent, je me suis « gâté » : nouveau vélo, équipement de ski, équipement d’escalade… Je me suis également acheté un ordinateur (un Macbook Pro pour être cool). Le tout totalisant environ 6 000 $ dans ma première année de travail.

Malheureusement, la lune de miel c’est terminée rapidement. En effet, j’ai constaté que tout ce qui m’attendait en sortant de l’école, c’est le fameux métro-boulot-dodo, les vacances qui passent trop vite, les zombies du lundi, les « TGIF (thank god it’s friday) » du vendredi, les 5 à 7… La perspective que je devais faire ça pour les 40 prochaines années m’a exaspéré. Je me sentais pris au piège.

C’est en 2018 que moi et ma conjointe sommes tombé sur tout le principe de l’indépendance financière. Ensemble, nous avons appris beaucoup de choses sur la gestion de nos finances. Nous avons commencé à investir dans les fonds indiciels en suivant la façon de faire de Millenial Revolution. Nous nous sommes rendu compte que nous pourrions prendre notre retraite avec seulement 500 000$ tout en ayant une hypothèque payée.

L’objectif est ambitieux et loin d’être atteint, on ne fait que commencer. Parfois, c’est difficile de ne pas se décourager et il faut garder en tête qu’on vise le long terme. Par contre, d’un point de vue plus positif, j’étais endetté de quelques milliers de dollars en sortant de l’Université. Je n’aurais jamais cru pouvoir rembourser ma dette et réussir à épargner autant d’argent en si peu de temps. Aussi, je me trouve chanceux d’avoir « allumé » à l’âge de 25 ans!

Plus j’acquiers de l’expérience en ce qui concerne l’indépendance financière, plus je me rends compte qu’il est bien plus important de gérer ses dépenses et dépenser moins que d’essayer d’obtenir un salaire plus élevé. Les deux sont importants, mais établir un mode de vie frugal avec peu de dépenses est la clé vers la réussite. Si on diminue les dépenses, l’objectif d’indépendance financière va être plus bas et il sera donc possible de l’atteindre plus rapidement.

Je constate qu’il y a très peu de gens de la vingtaine dans les blogues de la communauté du FIRE (« Financial Independence, Retire Early »). Je suis donc heureux de pouvoir contribuer à cette communauté en ayant tout ce long chemin devant moi.

Sur ce, bienvenue sur ce blogue et merci de m’avoir lu. 🙂

4 réflexions sur “Je ne suis pas sorti du bois”

  1. Même chose pour moi j’ai découvert le mouvement FIRE a 26 ans, je viens d’avoir 27 et c’est une longue route qui nous attends, mais à date je m’enligne plus sur un mode de vie CoastFI. Bien hâte de lire ton blogue.

    1. Bonjour Jeune Padawan,

      Ravis de faire ta connaissance! C’est la première fois que j’entends parler de CoastFI. Est-ce la même chose que BaristaFI? Étant en plein processus de remise en question par rapport à comment je vais atteindre mon objectif d’indépendance financière, je pense qu’un de mes prochains articles sera sur les différentes façons d’y arriver.

      Je te souhaite bonne chance dans ton cheminement et au plaisir d’avoir de tes nouvelles! 🙂

      1. Oui c’est pas mal pareil. Au début je visais le full FIRE mais je sais que je virerais fou a être a la “retraite” et je veux pas attendre 14 ans non plus pour en profiter. je souhaites donc epargner massivement pour atteindre mon Coast number et dans 4-5 ans reduire mes heures massivement et mettre beaucoup moins en épargne. Et ainsi prendre une vraie retraite vers 55 ans. Donc je pourraia par exemple partir lhiver dans un pays chaud ou simplement faire 20h par semaine juste assez pour mes dépenses normal et epargner encore un peu. Bref avoir une vie un peu lousse. En étant programmeur c’est assez facile d’avoir un emploi flexible ou même a distance si je veux travailler quand je partirai l’hiver.

        1. Très bon plan! Je suis également programmeur et je pense que ton plan fait beaucoup de sense. Il est relativement facile de se trouver du travail à distance dans notre métier. Je pense que le « challenge » c’est de se trouver un travail à distance à temps partiel. Il y a beaucoup d’opportunités pour du temps plein, mais relativement peu pour du temps partiel. J’ai déjà été à la pige durant une année en faisant du temps partiel en quelques sortes et c’est faisable. Tu me diras comment ça se passe pour toi quand tu seras rendu là! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *